© 2015 par Groupe Penoram Ltee. 

JULIEN PILON

MAIS Le meilleur reste à venir...
  • Facebook - Grey Circle

Biographie 

Étant enfant,  il y avait chez moi  un vieux piano qui me fascinait. J’adorais m’y asseoir pour y jouer la musique archaïque qu’un enfant de quatre ans sait jouer. Puis à l’âge de huit ans, mes parents, probablement las de mes performances primitives, décidèrent de me payer des leçons de piano privées.  J’étais en extase ; ça ferait différent de la traditionnelle flute à bec qu’on apprend à l’école. Avec mon professeur de piano, j’étais bon élève, faisais toujours mes devoirs, et apprenant tout ce qu’on voulait bien me montrer. Je passai donc par Mozart, Chopin, Beethoven, avant de m’apercevoir, bien des années plus tard, que je n’aimais pas jouer de la musique classique et que je préférais de loin le rock et le hip-hop.  J’avais alors quinze ans et j’ai donc fait comme tous les garçons de mon âge ; je me suis acheté une guitare.

Mes connaissances théoriques étant facilement applicable pour la guitare, il ne me fallut pas longtemps pour maîtriser cette dernière. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai commencé à composer mes premières chansons.  Au début, je le faisais par imitation, sans trop de soucis pour la forme. Mais à force d’écouter plusieurs types de musique, j’en vins à déceler les différentes façons de structurer une chanson  pour enfin les modeler à mon image. Dès lors je n’avais qu’un objectif ; devenir auteur-compositeur.

Je décidai de commencer un D.E.C. en musique jazz au Cegep de Joliette. Toutefois, je m’aperçus rapidement que la méthode scolastique n’était pas apte à répondre à mes besoins de jeune compositeur. Je me régalais des cours théoriques et de solfèges mais ne me pointait pas le bout du nez aux autres cours. Plus tard, je commençai un autre D.E.C., mais cette fois en Arts et Lettres. Mon niveau de motivation était déjà meilleur. Je finis donc ma session, mais trouvais superflu de m’y réinscrire pour la suivante, car j'avais eu une révélation au cours de cette même année ; l’école ne pouvait rien faire de plus pour le but que je m’étais fixé. J’avais déjà tous les outils nécessaires pour faire de la chanson seulement, il semblait manquer quelque chose. Mais quoi ?

C’est donc à l’âge de 18 ans, avec mon sac à dos et ma guitare, que  je quittai le nid familial pour partir en voyage en Europe et par la suite à travers le Canada.  Ces longs voyages, s’échelonnant sur une période de deux ans, me permirent de trouver le temps de me mettre sérieusement à l’écriture. C’est durant ces voyages que j’ai écrit plusieurs titres phares tels que ¨Je suis las¨,  ¨Le rôdeur¨ , et ¨On s’oublie¨. Puis un jour, je revins à la maison les poches vides, mais les cahiers bien remplis.

L’art en général a toujours été pour moi une source de motivation.  Parmi les  premières attractions qui me menèrent  vers l’art,  outre la musique, il y eut naturellement la littérature qui m’interpella. Très rapidement je m’aperçus que l’écriture me procurait une évasion instantanée.  Frôlant les murs de mon imaginaire je marchais à travers les mots avec une aisance déconcertante.

Possédant alors suffisamment de matériaux pour atteindre mon objectif, j’entrepris d’immortaliser quelques-unes de mes pièces. C’est ainsi qu’au cours de l’hiver 2010-2011, à l’âge de 21 ans, je réalisai de manière indépendante mon premier album intitulé ¨Le rôdeur¨.

Mais le meilleur reste à venir…